Le régime indemnitaire

L'essentiel

Si par principe, les fonctions électives sont gratuites, les élus municipaux peuvent bénéficier d’indemnités de fonction qui viennent compenser les dépenses et les sujétions qui résultent de l’exercice de leur charge publique.

Qui, dans une commune, peut bénéficier d’une indemnité de fonction ?

Ouvrent droit aux indemnités, les fonctions exécutives au sens strict (maires et adjoints au maire) et les fonctions exécutives exercées par délégation (conseillers municipaux bénéficiaires d’une délégation de fonction consentie par le maire).

Comment sont calculées les indemnités de fonction ? Quel est leur régime fiscal ?

Le montant des indemnités de fonction est fixé en pourcentage du montant correspondant à l’indice brut 1015 de rémunération de la fonction publique et varie selon l’importance du mandat et la population de la commune. Le régime d’imposition de droit des élus locaux est celui de la retenue à la source.

Quel est le principe général ?
Quelles fonctions ouvrent droit à indemnité ?
Comment sont calculées les indemnités ?
Barèmes relatifs aux indemnités de fonction au 1er juillet 2010

Indemnités de fonction brutes mensuelles des maires
Indemnités de fonction brutes mensuelles des adjoints
Indemnités de fonction brutes mensuelles des conseillers municipaux

Majorations d’indemnités de fonction
Les indemnités sont elles plafonnées ?
Nouvelles modalités du reversement de l’écrêtement des indemnités de fonction
Qui décide d'attribuer les indemnités ?
Que recouvre la notion d'exercice effectif des fonctions d'élu ?
Quels sont les prélèvements supportés par les indemnités de fonction ?
Saisissabilité des indemnités de fonction des élus locaux

 

Quel est le principe général ?

Le montant des indemnités de fonction est fixé en pourcentage du montant correspondant à l’indice brut 1015 de rémunération de la fonction publique et varie selon l’importance du mandat et la population de la commune. Les indemnités de fonction des élus sont fixées par le conseil municipal qui délibère dans les trois mois suivant son installation. Ces indemnités de fonction constituent une dépense obligatoire pour la commune.

Ce principe a été aménagé pour les communes de moins de 1 000 habitants puisqu’elles sont tenues, en application de l’article L. 2123-20-01 du Code général des collectivités territoriales (CGCT) d’allouer à leur maire l’indemnité au taux maximal prévu par la loi, sauf si le conseil municipal en décide autrement.

 

Quelles fonctions ouvrent droit à indemnité ?

Les élus bénéficiaires des indemnités de fonction sont :

  •  des fonctions exécutives au sens strict : les maires, les présidents d’EPCI.

  • les fonctions exécutives par délégation : les adjoints au maire, les conseillers municipaux délégués,   les membres des conseils d’arrondissement de Paris, Marseille et Lyon (sous réserve de leurs règles spécifiques), les vice-présidents d’EPCI;

  • des fonctions délibératives simples : les conseillers municipaux de communes d’au moins 100 000 habitants, les conseillers communautaires des communautés urbaines et des communautés d’agglomération dépassant ce même seuil, les conseillers généraux et régionaux (sachant que dans ces derniers cas, les taux d’indemnisation sont différents selon que l’élu appartienne ou pas à la commission permanente) ;

À titre facultatif, peuvent aussi percevoir une indemnité :

  • les conseillers municipaux des communes de moins de 100 000 habitants : l’indemnité doit être comprise dans une « enveloppe » qui est constituée du total des indemnités susceptibles d’être allouées au maire et aux adjoints en exercice ;

  • les conseillers municipaux ayant reçu délégation de la part du maire, sans condition de seuil démographique : l’indemnité est aussi comprise dans « l’enveloppe » définie précédemment ;

  • les conseillers communautaires des communautés urbaines et des communautés d’agglomération répondant à ces deux mêmes situations : l’indemnité accordée doit être comprise dans une « enveloppe » qui est constituée du total des indemnités susceptibles d’être allouées au président et aux vice-présidents en exercice ;

  • les conseillers municipaux qui suppléent le maire si celui-ci est absent, suspendu, révoqué ou empêché : en ce cas, l’indemnité est celle fixée pour le maire.

 

Comment sont calculées les indemnités ?

L’ensemble des taux maximums d’indemnité de fonction dépendant de la strate démographique de la collectivité et du mandat des élus sont rassemblées dans un barème. Les taux ne correspondent pas à montants bruts en euros mais de pourcentages du montant correspondant à l’indice terminal de l’échelle de la rémunération de la fonction publique, c’est-à-dire l’indice brut 1015 (indice majoré 821).

A chaque revalorisation du point d’indice de la fonction publique, les indemnités des élus locaux sont automatiquement augmentées.

Afin d’en faciliter le calcul, une circulaire du ministre de l’Intérieur précise les montants mensuels bruts des indemnités maximales lors de chaque revalorisation de la valeur du « point d’indice fonction publique ». Elle est diffusée par les préfectures et est publiée sur le portail commun http : //ww.collectivites-locales.gouv.fr.  La dernière circulaire publiée date du 1er juillet 2010.

Barèmes relatifs aux indemnités de fonction au 1er juillet 2010

Indemnités de fonction brutes mensuelles des maires

Article L. 2123-23 du CGCT

 

Strates démographiques

 

Taux maximal
(en
% de l’indice brut 1015)

 

Indemnité brute (en euros)

 

Moins de 500

De 500 à 999

De 1000 à 3 499

De 3500 à 9 999

De 10000 à 19 999

De 20000 à 49 999

De 50000 à 99 999

100000 et plus *

17

31

43

55

65

90

110

145

  646,25

1 178,46

1 634,63

2 090,81

2 470,95

3 421,32

4 181,62

5 512,13

Indemnités de fonction brutes mensuelles des adjoints

Article L. 2123-24 du CGCT

Strates démographiques

 

Taux maximal
(en
% de l’indice brut 1015)

 

Indemnité brute (en euros)

 

Moins de 500

De 500 à 999

De 1000 à 3 499

De 3500 à 9 999

De 10000 à 19 999

De 20000 à 49 999

De 50000 à 99 999

De 100000 à 199 999

200000 et plus *

   6,6

   8,25

  16,5

22

  27,5

33

44

66

  72,5

  250,90

  313,62

  627,24

  836,32

1 045,40

1 254,48

1 672,65

2 508,97

2 756,07

Indemnités de fonction brutes mensuelles des conseillers municipaux

Strates démographiques

Taux maximal
(en
% de l’indice brut 1015)

Indemnité brute
(en euros)

Communes de 100 000 habitants et plus : conseillers municipaux
(article L. 2123-24-I-I du CGCT) *

 

6

 

228,09

 

Communes de moins de 100 000 habitants : conseillers municipaux *
(article L. 2123-24-I-II du CGCT)

 

6
(enveloppe maire et adjoints)

 

228,09

 

Ensemble des communes :
conseillers municipaux délégués
(article L. 2123-24-I-III du CGCT)

 

Indemnité comprise dans l’enveloppe budgétaire maire et adjoints

 

Y compris Paris, Marseille et Lyon.

 

Majoration d'indemnités de fonction

Des majorations d’indemnités de fonction peuvent être votées dans certaines communes par l’assemblée délibérante. Les communes en question sont : les communes chefs-lieux de département, d’arrondissement et de canton, les communes sinistrées, les communes classées stations de tourisme, communes dont la population, depuis le dernier recensement a augmenté à la suite de la mise en route de travaux publics d’intérêt national tels que les travaux d’électrification et les communes qui, au cours de l’un au moins des trois exercices précédents ont été attributaires de la dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale. Ces majorations sont calculées à partir de l’indemnité octroyée et non des taux maximum autorisés.

Les élus municipaux concernés sont dans les communes de moins de 100 000 habitants les maires et les adjoints au maire et dans les communes de plus de 100 000 habitants aux maires, adjoints au maire et conseillers municipaux.

Suite à l’adoption de la loi n° 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires et modifiant le calendrier électoral, la notion de chef-lieu de canton ne correspond plus à une réalité électorale qui ne connaîtra plus que les nouveaux bureaux centralisateurs à compter du renouvellement de mars 2015. Il ne sera plus possible de majorer les indemnités de fonction des élus locaux au-delà de cette date. Le Gouvernement prépare une disposition législative permettant de maintenir ces droits à majoration.

Articles L. 2123-22 et R. 2123-23 du CGCT

 

 

Les indemnités sont-elles plafonnées ?

L’élu local qui détient d’autres mandats électoraux ou qui représente sa collectivité au sein de divers organismes et établissements publics, ne peut recevoir pour l’ensemble de ses fonctions, un montant total de rémunération et d’indemnités de fonction supérieur, déduction faite des cotisations sociales obligatoires, à une fois et demie l’indemnité parlementaire dite de base, telle qu’elle est définie par l’article 1er de l’ordonnance n° 58-1210 du 13 décembre 1958 portant loi organique relative à l’indemnité des membres du Parlement. Ce montant total est égal, au 1er juillet 2010, à 8 272,02 € mensuel. Lorsque ce plafond est dépassé, les indemnités font l’objet d’un écrêtement et antérieurement au mois de mars 2014, cette part écrêtée pouvait être reversée à d’autres élus locaux.

 

Nouvelles modalités du reversement de l’écrêtement des indemnités de fonction

Ces nouvelles dispositions entrent en vigueur à compter du prochain renouvellement général des conseillers municipaux au mois de mars 2014. A partir de cette date, il ne sera plus possible d’attribuer à d’autres élus locaux des indemnités de fonction résultant d’un écrêtement.

L’article 36 de la loi n°2013-403 du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseilles municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral a modifié les conditions de reversement de l’écrêtement.

A compter du prochain renouvellement général des conseillers municipaux au mois de mars 2014 : pour les élus municipaux, départementaux, régionaux, intercommunaux, la part écrêtée est reversée au budget de la personne publique au sein de laquelle le conseiller municipal exerce le plus récemment un mandat ou une fonction.

 

Qui décide d'attribuer les indemnités ?

Seul l’organe délibérant est compétent pour fixer les indemnités de ses membres, et ce avec un large pouvoir d’appréciation, sous réserve d’une part des plafonds fixés par les textes, et d’autre part, des conditions suivantes.

Lorsque l’assemblée locale est renouvelée, celle-ci doit obligatoirement délibérer sur les indemnités de ses membres dans les trois mois suivant son installation. Afin de garantir une certaine transparence et faciliter le contrôle, toute délibération concernant les indemnités de fonction est accompagnée d’un tableau annexe récapitulant l’ensemble des indemnités allouées.

 

Que recouvre la notion d'exercice effectif des fonctions d'élu ?

Les indemnités ne peuvent être versées que pour l’exercice effectif des fonctions d’élu. S’il n’y a pas de définition en droit positif de la notion « d’exercice effectif », la jurisprudence est, au cas par cas, intervenue pour trancher ce qui n’entre pas dans cette notion, et ce qui justifie dès lors la suspension des indemnités :

l’adjoint au maire, comme le vice-président d’EPCI, de conseil général ou de conseil régional ne peuvent justifier de l’exercice effectif de leurs fonctions s’ils n’ont pas reçu une délégation de fonction de la part de son maire ou de son président ; l’élu (en particulier le maire) incarcéré ou en fuite n’est, par définition, pas en situation d’exercer ses fonctions.

 

Quels sont les prélèvements supportés par les indemnités de fonction ?

Les indemnités de fonction sont assujetties :

aux cotisations sociales obligatoires : cotisation de retraite à l’IRCANTEC pour tous les élus percevant une indemnité, cotisations au régime général de la sécurité sociale pour les élus ayant cessé leur activité professionnelle ainsi que pour les élus locaux affiliés au régime général de la sécurité sociale dont les indemnités de fonction sont supérieures à la moitié du plafond de la sécurité sociale. La part « salarié » de ces cotisations est prélevée sur les indemnités effectivement versées, et la part « employeur » est assurée par la collectivité. Les taux de cotisation sont ceux de droit commun ;

  • aux contributions sociales obligatoires : contribution sociale généralisée (CSG) et contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) ;

  • aux cotisations de retraites facultatives : en cas d’adhésion à un fonds de pension des élus (toute cotisation de l’élu entraîne obligatoirement une cotisation de la collectivité à un taux identique à celui de l’élu);

  • à l’impôt sur le revenu suivant deux formules alternatives : un système spécifique de retenue à la source, telle que définie par l’article 204-0 bis du code général des impôts, ou le régime de droit commun d’imposition des revenus des personnes physiques.

Les barèmes fixés en loi de finances sont transmis chaque année aux préfectures pour diffusion aux collectivités.

Barème mensuel 2014 (Retenue à la source sur les indemnités de fonction perçues par les élus locaux en 2014) Revenu mensuel imposable

 

BAREME MENSUEL

 

Revenu imposable

Taux

Constantes

en euros ( R )

( T )

en euros ( C )

 

 

 

de 0 à 501

0

0,00

de 501 à 999

0,055

27,56

de 999 à 2 219

0,14

112,47

de 2 219 à 5 950

0,3

467,51

de 5 950 à 12 600

0,41

1 122,01

au-delà de 12 600

0,45

1 626,01

 

 

 

 

Saisissabilité des indemnités de fonction des élus locaux

Les indemnités de fonction des élus locaux ne sont saisissables que pour la partie excédant la fraction représentative des frais d’emploi définie à l’article 204-0 bis du code général des impôts, dont le montant est de 646,25 € et de 969,38 € en cas de cumul de mandats.

Dernière modification  : 29/09/2016